Mon expérience du Wing Surf

Wing Surf : première session sur l'étang d'Ingril

Si vos vacances se sont déroulées à la mer, au bord d’un lac ou d’un étang, il est peu probable que vous soyez passés à côté de ces petites ailes qui fleurissent ça et là sur les plans d’eau. C’est une évidence, la Wing fait de plus en plus d’adeptes… et j’en fais partie ! Aussi, je voulais vous partager mon apprentissage du Wing Surf et qui sait, peut-être susciter des vocations ! 😉

Rendez-vous au shop pour mon premier cours de Wing Surf

Samedi 13 mars 2021. La journée s’annonce ventée : 25 nœuds. Météo parfaite pour cette toute première session. Il manque un brin de soleil, histoire de se réchauffer un peu la couenne. 🥶Nous avons rendez-vous au Tiki Center.

Jean-Christophe nous accueille et nous équipe : combinaison intégrale contre le froid, casque avec liaison radio pour nous donner tous les conseils nécessaires lors de notre navigation, chaussons pour protéger nos petits pieds du froid et des coquillages qui pourraient se trouver dans l’étang et bien sûr un gilet de flottaison.

Nous voilà parés, prêts à en découdre ! 

En route pour le spot

Nous chargeons les paddles Aquamarina, les wings Eleveight ainsi que notre équipement dans le fourgon et prenons la direction de l’étang d’Ingril, à Frontignan Plage

Situé à 1km du Tiki Center, c’est le spot idéal pour l’apprentissage : l’eau y est peu profonde, nous avons pied quasiment partout, c’est rassurant et sécurisant. En outre, l’eau y est plus chaude qu’en mer. Ce qui entre nous soi dit, ne fait pas grande différence en cette saison (brrrrr ! 🥶). Mais la perspective de se mettre à l’eau et de démarrer une nouvelle activité nous fait vite oublier ce léger désagrément. 

Cours de Wing Surf sur l'étang d'Ingril
L’étang d’Ingril, peu profond, est le spot idéal pour tirer ses premiers bords en Wing Surf.

L’incontournable point météo

Après avoir déchargé le matériel et enfilé nos combinaisons, nous procédons au point météo. L’idée est de prendre des repères sur le spot pour comprendre dans quelles conditions notre séance va se dérouler. Il faut faire preuve d’observation : d’où vient le vent, quelle est sa force

Pour cela, étudier ce qui nous entoure : les drapeaux qui pourraient flotter au vent (pour déterminer la direction), le plan d’eau qui « moutonne » (pour déterminer la force), les riders déjà présents sur le spot et le matériel qu’ils utilisent (pour corroborer les conclusions précédentes) … Aujourd’hui, ça moutonne à fond, le vent vient du nord (une belle tramontane !) et les kitesurfers sont en 8m²! Pour résumer et faire simple, ça souffle !

Ce point météo est important car il permet également de déterminer la taille de la voile. Pour qu’une séance de Wing Surf se passe dans les meilleures conditions, il est important de trouver le juste équilibre, de n’être ni sous-toilé, ni sur-toilé au regard des conditions météo et du gabarit de l’élève. Aujourd’hui, je naviguerais en 4m². 

La préparation du matériel

Le point météo réalisé, il est donc temps de préparer son matériel. Pour commencer, le paddle, sur lequel nous fixons 2 ailerons : l’aileron arrière qui joue le rôle de gouvernail et l’aileron au milieu qui joue le rôle de dérive centrale, indispensable pour remonter au vent. 

Toujours laisser les paddles les ailerons face au ciel lorsqu’ils sont posés sur la plage mais lorsque le vent souffle fort comme aujourd’hui, les mettre tout de suite à l’eau et les accrocher à une petite bouée pour éviter qu’ils ne s’envolent. 

Ensuite, nous enfilons nos casques, nos gilets et sommes enfin prêts pour gonfler notre aile : en Wing Surf, toujours équiper l’humain en premier et finir par la Wing

Je gonfle ma Wing : l’envergure m’impressionne et je me demande bien comment je vais dompter l’animal ! J’attache le leash à mon poignet, histoire qu’elle ne s’envole pas sans moi (ou moi sans elle ! 😅) et c’est parti ! 

Une prise en main tout en douceur

Jean-Christophe nous explique, démonstration à l’appui, tout ce que nous devons savoir pour apprivoiser la Wing. 

  • Comment la manipuler sur la plage : la prendre en main, la retourner. 
  • La position neutre : main sur la poignée du bord d’attaque en laissant la wing flotter au vent.  
  • Prise en main pour tirer un premier bord à gauche : la main gauche devient la main avant que l’on place le plus près du bord d’attaque, sur la première poignée ou tout en haut du wishbone. La main est en supination. Pour simplifier, les ongles de ma main gauche me font face. La main arrière est sur la 3ème poignée ou aux deux tiers du wishbone, en pronation. Pour simplifier encore, je regarde le dos de ma main droite. 
  • La position des pieds pour tirer un bord à gauche : pied gauche devant, parallèle à la quart de la planche, placé entre la quart et la ligne médiane du paddle. Le pied droit placé sur la ligne médiane du paddle, un peu à la perpendiculaire, vers l’arrière. 
  • Pour tirer un bord à droite, c’est l’inverse : la main droite devient la main avant et la main gauche la main arrière. Et pour arriver à cette position il faut avoir réalisé une petite transition…avec ses pieds. 

Vous suivez toujours ? Moi aussi, j’ai eu un peu de mal ! Je confonds ma gauche et ma droite, et maintenant on me parle de main avant, main arrière, pronation et supination… Mon cerveau est clairement en surchauffe ! 🤯 😂 

Apprentissage du Wing Sur en eau peu profonde
Manipulation de la Wing les pieds dans l’eau.

Comme un pianiste répète ses gammes, nous nous entrainons à manipuler la voile, à sentir le vent. Dans un premier temps sur la plage puis très vite les pieds dans l’eau. Position à gauche, position à droite…. Je décompose le mouvement dans ma tête, mon corps ne suit pas toujours mais à force de répétition, le mouvement devient plus fluide. Il est temps de monter sur la planche ! 

Tirer ses premiers bords en Wing Surf

Je tente de tirer un premier bord à droite, mon « bon » côté.

Pied droit devant (#teamgoofy ! ), la Wing bien en main… Ce premier bord ne me semble pas être une franche réussite : j’ai l’impression que mes pieds ne sont pas bien positionnés (la position canard c’était dans les consignes ?), je ne sais plus si mes mains sont à la bonne place (on avait dit quelle main devant déjà ?)… 

Je glisse un tout petit chouïa, je perds vite l’équilibre et me voilà dans l’eau ! L’avantage en Wing, c’est que l’on ne fait pas de grosse chute : on descend simplement de son paddle, de manière plus ou moins élégante. 

C’est à ce moment que la liaison radio prend tout son sens. Jean-Christophe ayant observé de loin cette première tentative me donne quelques conseils : ajustement de la position de mes pieds (l’un part rapport à l’autre mais aussi sur la planche), ajustement de mes bras (les garder bien tendus), amélioration de ma posture globale (être plus gainée, plus tonique pour résister à la traction du vent, ne pas me laisser emporter par ma Wing et donc rester sur mon paddle ! ).

Forte de ces ajustements, je m’entraine : bord à droite, bord à gauche, chute, remontée. Recommencer.

A chaque bord, je m’améliore : je comprends et sens de mieux en mieux la traction du vent dans ma voile et les effets que je peux créer avec mes bras, j’ose déplacer mes pieds pour mieux les positionner, obtenir une meilleure glisse et prendre de la vitesse

Mes premiers bords en Wing Surf.

Transitions en Wing Surf

La glisse étant acquise, passons à l’étape suivante : la maîtrise des transitions.

Il faut mettre la Wing en position neutre pour commencer (ce qui va faire légèrement dériver le paddle), puis déplacer et replacer ses pieds pour se retrouver « dans le bon sens », changer la position des mains sur la Wing pour ensuite bien «fermer » la transition et repartir. 

Alors forcément, au début je réfléchis beaucoup, je m’emmêle les pinceaux, je manque cruellement de coordination… Mais à chaque essai, les transitions deviennent plus fluides, plus faciles… Je sens que je progresse. 

Très vite, j’arrive à gérer mes bords et mes transitions, pas toujours de manière très conventionnelle ou très « propre », il faut l’admettre, quoi qu’il en soit, cette session de wing surf est un véritable régal.

Et déjà, la séance de Wing Surf se termine

Entre le plaisir de la liberté de la glisse et la sensation gratifiante de se sentir progresser rapidement, je n’ai pas vu passer ces deux heures ! 

Mais qu’à cela ne tienne, je vais déjà savourer ces premières réussites et en garder pour plus tard. Cela laissera à mon corps le temps de digérer et d’intégrer tout ce qu’il a appris aujourd’hui.

Le Wing Surf : votre prochaine passion ?

La prise en main rapide et facile du Wing Surf en fait un sport particulièrement ludique et accessible pour tous. Une bonne condition physique est un plus, toutefois nul besoin d’être champion olympique pour s’y mettre. On peut commencer dès l’âge 10 ans, aucun pré-requis en termes de voile n’est nécessaire.

C’est une activité parfaite à faire en famille, entre amis, en couple. Les petits groupes ne dépassent jamais 4 élèves, ce qui permet à Jean-Christophe de toujours avoir un œil sur chacun et de vous garantir une évolution continue tout au long de la séance. Bien sûr, la progression étant personnelle, certains iront plus vite et d’autres auront besoin d’un peu plus de temps (il me faudra une deuxième séance pour apprendre à remonter au vent).

Néanmoins, dès la première session, chacun peut faire le plein de sensations et profiter des plaisirs qu’offre la liberté de la glisse.  A vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.